Actualités

Découvrez l'actualité et l'expertise d'AMS Conseil via des articles et des dossiers (composé d'études, d'interviews…).

    Interview d'Alain Juppé par AMS CONSEIL

    AMS Conseil, Junior à l'honneur de la Conférence du 6 novembre 2013, organisée par le Club Junior-Entreprise, sur le thème "le diplôme ne suffit plus, comment se démarquer ?", a interrogé Alain Juppé, maire de Bordeaux sur ce sujet :

    De plus en plus de jeunes possèdent aujourd’hui un Bac+5, la concurrence est donc rude. Quels sont les moyens offerts aux jeunes pour se démarquer ? Comment mettre en avant son profil quel que soit le cursus académique ?

    J’entends parfois dire que la jeunesse a perdu le goût du risque, le sens de l’innovation, l’esprit d’entreprise et qu’elle regarde l’avenir avec angoisse. Et bien quand je rencontre ces jeunes – et cela arrive fréquemment, soit lors du cycle Parole aux jeunes que nous avons initié, soit lors de conférences, je constate que c’est tout le contraire. Il y a en France un potentiel tout à fait extraordinaire. D’abord une qualité de formation qui, malgré certaines défaillances de notre système éducatif, est une des meilleures du monde, et puis un enthousiasme, une volonté de créer et de se lancer qui laissent bien augurer de l’avenir.

    L’entrée dans le monde du travail doit être considéré comme un nouveau départ car la réalité de l’activité professionnelle peut être une vraie découverte pas toujours en adéquation avec une formation académique. Oui la concurrence est rude car la théorie n’est souvent pas conforme à la pratique. Il y a donc nécessité de développer et de démontrer des capacités d’adaptation et d’initiative, croire en soi et ne pas hésiter à bousculer les idées reçues car c’est ainsi que l’on progresse.

    Pensez-vous que de nos jours les diplômés ont plus de chance de trouver un emploi stable à l’étranger ?

    S’agissant de départ à l’étranger, il ne faut pas hésiter à aller voir comment cela se passe ailleurs, se confronter à d’autres modes de fonctionnement, d’autres cultures. Il ne faut pas avoir peur du monde. A ces jeunes qui me disent parfois « si on me propose un job à l’étranger que dois-je faire », je réponds « partez » parce qu’il faut s’enrichir d’expériences différentes. Mais, rassurez-vous, j’ajoute « partez, prenez le meilleur mais revenez pour faire bénéficier Bordeaux et la France de votre savoir-faire » !

     

    AMS Conseil remercie chaleureusement Alain Juppé pour sa contribution !

    AMS Conseil Junior à l'honneur de la conférence du CJE du 6 novembre 2013

    AMS Conseil a été choisie pour être Junior à l'honneur de la conférence du 6 novembre 2013 organisé par le Club Junior-Entreprise sur le thème "le diplôme ne suffit plus, comment se démarquer ?"

    Dans cette optique, Bertrand Donninger, Trésorier d'AMS Conseil en 2004-2005, nous a fait part de son expérience :

    Votre expérience associative a-t-elle été un atout lors de vos entretiens de recherche de stage ou de premier emploi ? Si oui comment ?

    Mon expérience au sein d’une J-E a eu un impact positif sur l’obtention de mon premier emploi à deux niveaux.

    Tout d’abord, la personne qui m’a recruté a reconnu que cette expérience était un plus car elle me démarquait des autres candidats. Au-delà du simple aspect professionnalisant de cette expérience, les qualités entrepreneuriales développées au sein de l’association était vu comme un grand plus ; le département que je rejoignais était en effet une petite « start-up » au sein d’une grande banque anglo-saxonne et mon manager recherchait quelqu’un de rigoureux et d’inventif et dynamique à la fois. Ce sont des qualités qui s’exprimaient clairement dans mon parcours associatif.

    Deuxièmement, le fait d’avoir participé à la gestion d’une junior entreprise m’a donné une perspective différente sur l’entreprise : celui d’étudiant entrepreneur et recruteur. Cette posture originale pour un étudiant m’a permis de comprendre les attentes d’une entreprise, notamment en terme de recrutement. Grâce à ce recul j’ai amélioré mon impact lors d’entretiens de recrutement.

    Votre séjour à l’international vous a-t-il aidé lors de vos recherches de stage ou de premier emploi ? Si oui comment ?

    Oui ! Suite à une première expérience dans une banque anglo-saxonne à Paris, j’ai pu constater, lors de fréquents déplacements à Londres, d’importantes lacunes en termes d’ouverture internationale et de pratique régulière de l’anglais. Mon dernier semestre d’études à l’étranger m’a non seulement permis de combler ces lacunes linguistiques mais également de mûrir personnellement au contact d’étudiants de multiples nationalités. L’impact de ce semestre a été déterminant dans l’obtention de mon premier job, dans la même banque anglo-saxonne pour laquelle j’avais effectué un stage, mais aussi pour la suite puisque après quelques années à Paris, j’ai obtenu une promotion à Londres.


    Ou travaillez-vous en ce moment ? Pensez-vous que sans cette expérience associative vous seriez aujourd’hui au même poste ?

    Après une première expérience de 5 ans en banque de financement et d’investissement, successivement à Paris puis à Londres, j’ai décidé en 2012 de m’installer Suisse afin de trouver un équilibre vie professionnelle / personnelle qui me convienne. Je suis actuellement conseiller Grandes Entreprises au sein de la Banque Cantonale Vaudoise, la seconde plus grande banque cantonale suisse.

    Mon expérience en tant que membre d’une Junior Entreprise a été déterminante dans l’obtention de mon premier poste car cela a permis de distinguer clairement mon CV parmi de nombreux candidats. Pour la suite je pense que les diplômes et les expériences passées comptent moins que l’attitude quotidienne au travail. Cependant, l’expérience acquise au sein d’une JE m’a permis de développer de manière précoce un sens aigu du professionnalisme, reconnu et apprécié de mes managers successifs.